18, September 2020 4:03

3 MAI 2020 : Hommage à mes idoles de la presse sportive malienne

Passionné par le football mais aussi par des hommes de médias qui m’ont donné le gout de la presse sportive et qui m’ont inspiré jusqu’à ce que je fasse de cette profession mon travail, aujourd’hui je ne regrette pas le métier de journaliste sportif. Malgré les difficultés, les méchancetés gratuites et autres calomnies, on tient le bout  et on arrive à imprimer nos journaux magazines et aussi notre site qui vient de voir le jour.

Des hommes de médias au Mali m’ont marqué, inspiré et ont fait de moi un journaliste sportif de la presse écrite aujourd’hui. Parmi eux, le regretté feu Demba Coulibaly qui reste aujourd’hui la voix vivante du direct dans les matches de football. A chaque fois présent dans le stade Omnisport Modibo Keita, j’entends en murmure la voix de ce  journaliste inestimable qui a marqué le football malien et continue d’ailleurs avec ses phrases et autres métaphores que rare sont les journalistes à imiter aujourd’hui. En plus de Demba Coulibaly, les doyens Djibril Traoré et Mamadou Kaloga ont fait les beaux jours de la retransmission des matches de légende, tant ces différentes voix lors des retransmissions étaient similaires au point qu’on ne faisait même pas la différence entre la voix de Feu Demba Coulibaly, Djibril Traoré et Mamadou Kaloga. Ils avaient la magie de faire revenir dans un terrain les supporteurs avant la fin du match et cela personne ne peut le contester ; leurs voix portaient toujours plus haut et plus loin, en témoignent les matches retransmis sur radio Mali et qui sont toujours écoutés avec passion de nos jours.

Aujourd’hui, force est de reconnaitre que les matches ne sont plus retransmis avec tant de joie et surtout que la chaine nationale ORTM est incapable de payer les 20 000 Dollars demandés par la CAF pour retransmettre nos match alors que nous avons des journalistes qui sont sur la voie des aînés. Amara Mallé Diallo a une belle voix et lors des éliminatoires des CAN, il illumine le studio. Mais en CAN, on est obligé d’écouter les autres confrères des pays qui ont beau connaitre le football malien mais ne peuvent égaler les nôtres. Mais hélas, combien hélas nos belles voix sont restées uniquement pour les éliminatoires de CAN et la phase finale on ne paie pas pour attendre l’analyse de nos reporters sportifs.

Dans l’animation des émissions de sports et autres actualités, Baba Cissouma reste le meilleur et aujourd’hui encore il incarne l’information, la belle analyse et aussi l’humour car une émission sans humour n’est pas une émission. On se rappelle encore son émission phare « Dja Fle » miroir en bambara. Cette émission était l’émission la plus écoutée à Bamako et ses environs sur la radio Bamakan. Aujourd’hui Baba Cissouma a révolutionné les émissions sportives en alignant l’éducation, la formation et aussi le travail bien fait. Les émissions sportives de Maliba FM est la plus écouté au Mali aujourd’hui et à l’intérieur du pays. En plus de Baba Cissouma, Bakari Cissé de la Radio Kledu m’a fait une bonne impression sur les émissions sportives, mais il a manqué beaucoup à l’enfant de Ségou pour que les émissions de cette radio jadis écoutée tombent dans les escarcelles de la calomnie et l’oubli. Que vaut une radio sans auditeurs et si les auditeurs sont déçus de la qualité de l’information, il change de gamme. Et c’était à Bakari Cissé de veiller à la bonne marche de cette radio, étant le chef de desk sport et rédacteur en chef pour une continuité de ce qu’il a planté  dans les années 1998 à 2000. Une autre personne pour qui j’ai beaucoup d’estime personnelle est Ben Bareck de la radio Bamakan ; il a une voix qui rappelle un peu des doyens Djibril Traoré, feu Demba Coulibaly et Mamadou Kaloga. Avec une formation et un encadrement de quelques années encore avec un peu de rigueur, Ben Bareck peut bien retransmette les matche du Mali pourquoi pas sur les antennes de l’ORTM parce que la chaine nationale en manque ?

Pour la presse écrite au Mali et que j’ai beaucoup lu, ils ont pour noms Gaoussou Drabo, Mad Diarra et avec ceux-ci, on retrouve encore Baba Cissouma avec le journal Match et Modibo Naman Traoré du quotidien National Essor. D’autres pourraient y figurer, mais l’absence d’écriture régulière des actualités sportives ont fait qu’ils ne figurent pas !

Bonne fête à tous

Dia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *